Archives

Mon panier

Chasse à Courre

Disponibilité: En rupture de stock
2 000,00 €

Details

Stylo plume "Oldwin" de fabrication française en argent massif entièrement sculpté à la main, d'après la méthode de la Cire perdue *.
La gravure est la représentation d'une Chasse à courre, regroupant les veneurs à cheval, les chasseurs à pieds, les meutes de chiens de chasse et le gibier de la forêt : sanglier et biche. Sur le haut du capuchon, trône un chien boxer, le bloc section est en ivoire.
PIECE UNIQUE, ce modèle "Giant" de très grande taille est équipé d'une plume allemande n° 8 Moyenne très douce, en or jaune 18 carats.

Particularités : modèle SANS AGRAFE ; le pas de vis de fermeture se situe à la base de la plume, ce qui lui confère une ligne particulièrement aérodynamique.
Remplissage par cartouches ou convertor.

Longueur : 205 mm, diamètre : 25 mm

* Cette technique ancestrale permet de réaliser et de reproduire des objets en trois dimensions, en bronze, argent, acier ou or, ou même tout autre constituant liquide pouvant durcir par polymérisation ou refroidissement comme l'élastomère, la résine, le verre.
Le principe est simple. La pièce à reproduire est réalisée en cire avec une tige de coulée. Elle est ensuite enrobée d'un revêtement (un plâtre réfractaire ), dans un cylindre métallique. Une fois le plâtre pris, le cylindre est placé dans un four. Cette opération à 2 buts : fondre et évacuer la cire et cuire le revêtement afin qu'il acquiert ses propriétés.
La cuisson peut durer de 4 à 20 heures suivant la grosseur du cylindre, en respectant des paliers de température.
Dernière opération : la coulée de l'argent en fusion dans le moule en plâtre qui aura pris les formes de la "cire perdue




Oldwin est la marque que déposa Boris MORA, père d'André MORA en s'installant à Paris, rue Charlot en 1930.
Emmigré russe, quittant la Russie des tsars déchus, Boris Mora se passionne pour la bijouterie et suivra une formation de joaillier.
Son manque de discernement des couleurs, problématique en joaillerie, le poussera à s'orienter vers la papeterie de gros.
C'est à cette époque que naît la société Mora, et la marque dédiée à cet univers : Oldwin.
Pourquoi un nom à consonnance anglo-saxonne ? C'était la tendance de l'époque ; la fabrication est française, essentiellement développée dans le Jura.
Boris Mora sillonera le pays en vendant ses stylos et pièces détachées pour stylos anciens. Tous les vendeurs de stylos savaient réparer eux-mêmes les objets qu'ils proposaient, dans leurs ateliers.
Pendant 30 ans, Boris développera la marque Oldwin en présentant une centaine de modèles de stylos plumes, billes et portemines.
L'arrivée du stylo à bille l'obligera à arrêter la marque.
De la rue Dauphine à la rue Séguier, depuis 1991 installé rue de Tournon, André MORA a pris la relève de son père en 1978.

Passionné d'écriture, fidèle aux techniques artisanales héritées de son père et peaufinées au contact de restaurateurs réputés de Paris, associant les nouvelles technologies, André Mora reprendra avec brio la marque Oldwin en créant un nouveau modèle : Le Classic.
Décliné en ébonite, celluloïd ou résine, en argent massif ou or massif, ce modèle aux embouts ovales est un incontournable de la marque.