Neufs

Mon panier
Nakaya

Trésor du Moineau

Disponibilité: En stock
9 600,00 €

Description des options ×

Passez la souris sur une option à droite pour voir sa description si elle existe.

Agrafe


Stopper

Le « Stopper » remplace l’agrafe classique et apporte à votre instrument d’écriture une touche personnalisée. Esthétique rime avec pratique car ainsi votre stylo ne roulera pas sur la table, arrêté par le stopper.

Plumes

Elastic Extra Broad Music

Roller

Vous pouvez commander toutes les pièces disponibles dans les collections Nakaya en version rollerball. La gaine en métal masquant la recharge Ink Flow de forme Parker donnera à la pièce un poids supplémentaire, très agréable.

Tons de plume

Vous pourrez personnaliser votre instrument d’écriture en choisissant le ton de votre plume, créant ainsi la meilleure harmonie de couleurs.

Zo-gan

Marqueterie se dit Zo-gan en japonais. On parle de marqueterie de Damas, lieu de naissance de la marqueterie au VIIIème siècle, car elle ne fut connue au Japon qu’au XIVème siècle, grâce à la Route de la soie.

« Zo » signifie façonner, « gan » décorer. Zo-gan peut également dire : apporter un matériau sur un autre matériau. La technique utilisée par Nakaya est celle du Maki-e, sensiblement différente de la marqueterie Damas.

L’incrustation en marqueterie est reproduite sur la section du bloc plume, technique très à la mode durant l’âge d’or des stylos-plume japonais dans les années 60.

Un ajout supplémentaire qui ne manque pas de charme !

* Champs requis

Details

CONVERTOR, L'ADAPTATEUR AINSI QUE LES CARTOUCHES NAKAYA SONT OFFERTS - FRAIS D'ENVOI OFFERTS. Délai de livraison : 6 mois minimum.

Le Trésor du moineau est inspiré d'une ancienne fable japonaise "Shitakiri Suzume" narrant l'aventure d'un vieil homme qui recueille un petit moineau (suzume) blessé*. Grâce à sa bonté et sa générosité, il sera comblé de précieux cadeaux.
Réalisé sur la base d'un plume en ébonite de la collection "Long", recouvert d'urushi de couleur caramel, orné d'un magnifique décor Ajiro *, le tressage du bambou, en Shu-ai urushi. Sur toute la longueur du stylo plume, une "couture" horizontale en relief est réalisée par ajout de nombreuses couches de poudre d'or.

Le bloc section est également travaillé en poudre d'or et d'argent. Le panier contenant le Trésor (décor de corail, or et argent figurant sur le corps du stylo), ainsi que et le moineau sont réalisés d'après la technique du Gin-Yuji. Technique inventée par Nagata Yuji, maître maki-e de l'époque Edo, consistant à saupoudrer de poudre d'argent un motif afin de lui apporter du relief et un effet 3D.

Le stylo plume est équipé d'une plume en or 14 carats, dont les courbes et la souplesse ne sont plus à vanter. Le système de remplissage est à cartouche ou convertor.
La marque Nakaya est l'une des très rares au monde à proposer des stylos-plume uniques, s'adaptant parfaitement aux attentes et aux habitudes d'écriture de clients passionnés ; le slogan de Nakaya " For your hand only " exprime très bien cette spécificité.


* Ajiro Ami : méthode ancestrale, tressage de lamelles de papiers ou de fines feuilles de bois enduites de kakishibu (jus de kaki fermenté). Ce jus protégeant de l'humidité apporte une protection au bois ou au papier. C'est la raison première pour laquelle les japonais se plaisent à ornementer les plafonds de leurs maisons de manière gracieuse, en tressant selon des motifs variés, lamelles de bambous ou de cèdres humectées de kakishibu. Cette méthode est également utilisée pour les paniers prêts à recevoir un bouquet d'ikebana, les boîtes (ou keko), corbeilles de bambous tressés, destinées au rituel bouddhiste, dans lesquelles étaient disposées des fleurs fraîches. La raison en est toujours identique, apporter une protection contre l'eau, assurer solidité aux intérieurs et aux objets.

* Un gentil vieil homme habite dans la forêt en compagnie de son avide épouse. Un jour, il recueille chez lui un petit moineau blessé qu'il va soigner et nourrir contre l'avis de sa femme. Celle-ci coupera la langue du moineau et le chassera de la maison car, le moineau affamé, laissé à ses soins, avait grignoté l'amidon servant à la teinture du lin. Le vieil homme désespéré retrouve le moineau qui l'accueille chaleureusement, le nourrit et lui offre un cadeau. Le vieil homme choisira le plus petit des paniers, qui regorge d'or, d'argent, de pierres précieuses et de soieries. La femme, jalouse, part réclamer son dû au moineau et s'empare du plus grand des paniers offerts. Poussée par la curiosité, elle ouvre le panier : démons, fantômes et serpents se jettent sur elle causant sa mort.

L'ébonite, matière traditionnelle des stylos est fraisée, tournée et formée uniquement par l'Artisan tourneur. Suit ensuite l'étape du laquage.
Les artisans laqueurs sont issus de la région de Wajima, artisans spécialisés formés dans les écoles prestigieuses de techniques artistiques japonaises : Kaga, Aïzu… Ils sont officiellement reconnus dans leur pays comme "maîtres maki-e".

La laque utilisée au Japon se nomme Urushi. Elle provient de la résine d'un arbre appartenant, comme l'hévéa, à la familles des sumacs : Rhus Verniciflua ou, plus couramment, arbre Urushi, Vernis du Japon ou Arbre à laque. Le travail de la laque d'Urushi requiert au moins 5 semaines uniquement pour l'étape application et séchage des différentes couches. Couleur "vivante" qui prendra une patine différente avec le temps et la lumière.

Les experts vous diront que seul le vernis du Japon fournit une résine ayant un pouvoir adhésif assez élevé pour retenir toutes sortes de particules d'or, des plus fines aux plus grosses. Ce qui justifie son prix élevé : de 5 à 6 fois celui d'urushi venant d'autres pays producteurs, comme la Chine, le Vietnam et la Birmanie. La résine se récolte entre juin et novembre, en incisant le tronc de l'arbre ; sa sève est toxique. L'urushi est une denrée d'autant plus précieuse qu'elle est rare : au cours de sa vie, un arbre n'en fournit que 200 g. L'urushi cru ou arami-urushi ne se conserve pas plus d'un an. Il doit être raffiné, par petites quantités, en ki-urushi ou urushi pur qui peut, lui, se conserver plus de 10 ans, voire près de 50 ans.
Soluble dans la térébenthine ou l'huile de camphre, il protège de l'acide, de l'alcali, de l'alcool. Mais sa qualité la plus intéressante, dans un pays au climat maritime comme le Japon, est de durcir sous l'action de l'humidité. Un objet laqué, comme un grand vin, se bonifie avec le temps.

Plus d’information

Famille
Maki-e
Longueur (en mm)
163
Diamètre (en mm)
15